Emmanuel Macron : Président du numérique

Publié le par Maëva

emmanuel macron
Elu président de la République le 7 Mai 2017, Emmanuel Macron incarne le renouveau politique de par son âge et son parcours mais également de par ses idées.Ses convictions en matière de numérique promettent de changer le paysage administratif et entrepreneurial français. Dans ce nouvel article nous vous proposons un retour sur les mesures phares liées au numérique et évoquées par le nouveau président de la République qui risquent de changer le quotidien des français.

Emmanuel Macron, ses promesses pour le numérique au sein des PME :

Actuellement, les entreprises françaises ne disposent que de peu de moyens pour intégrer un fonctionnement 100% numérique et digital au sein de leur structure. Afin d’accélérer ce processus, Emmanuel Macron propose de mettre en place un système d’accompagnement des TPE et des PME. L’objectif de cette démarche est de permettre aux entrepreneurs et aux salariés de choisir les outils numériques auxquels ils souhaitent être formés.
Toutes les TPE et les PME qui s’engageront dans des transformations numériques et digitales ambitieuses bénéficieront d’un accès privilégié à la formation professionnelle. Cependant, Emmanuel Macron ne précise pas par quels moyens et suivant quelles règles l’accès à la formation professionnelle sera privilégié dans ces cas-là.

L’évolution numérique au quotidien avec Emmanuel Macron :

Un des objectifs d’Emmanuel Macron est d’utiliser le numérique pour faciliter les démarches administratives des citoyens français au quotidien. Le nouveau président de la République propose qu’à partir de 2022 toutes les démarches administratives telles que les demandes de procuration soient effectuées par internet. Cette mesure n’est pas sans rappeler, le vaste chantier de dématérialisation lancé par Emmanuel Macron lorsqu’il était encore ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique avec la dématérialisation du bulletin de paie et le prélèvement à la source.

Dans sa vision d’optimisation et de simplification des services publiques Emmanuel Macron propose également que les citoyens qui utilisent les services administratifs français agissent comme une communauté qui contribuerait à améliorer « l’Etat plateforme ». La contribution de chacun permettrait donc d’améliorer ou de créer de nouveaux services, une sorte de boîte à idée virtuelle grâce à laquelle les besoins des usagers seraient véritablement pris en compte.

Afin d’alimenter « l’Etat plateforme » et permettre aux français d’effectuer toutes leurs démarches administratives, chacun possèdera un compte citoyen auquel il accèdera via un site internet dédié et une application. Sur une même interface les usagers trouveront différents espaces : santé, professionnel, formation, situation fiscale, droit civique. Cet espace permettra de centraliser toutes les données liées à la vie des citoyens français pour faciliter les relations entre les différentes branches de l’administration. Ce compte citoyen fait écho au CPA (voir notre article sur le blog). Pour rappel le CPA est le Compte Personnel d’Activité qui depuis le 12 Janvier 2017 facilite aux salariés dont l’entreprise le permet, l’accès à un espace professionnel personnalisé dans lequel ils peuvent retrouver entre autres, leurs bulletins de salaires. On imagine donc que le CPA figurera dans la partie professionnelle du compte citoyen promis par le nouveau président de la République.

En parallèle, un service spécifique à la justice sera créé : les citoyens ainsi que leurs avocats pourront effectuer leurs requêtes juridiques directement depuis leur smartphones. De telles mesures laissent donc à penser qu’une véritable révolution digitale est en marche.

Le numérique ce qui vous attend:

Le nouveau secrétaire d’état chargé du Numérique et issu de la société civile, Mounir Mahjoubi a déclaré que « la cyberdéfense et la cybersécurité seraient une priorité de notre sécurité nationale »

Ancien président du Conseil National du Numérique et à la tête de plusieurs start ups du secteur, Mounir Mahjoubi a confirmé il y a quelques jours les piliers qui seraient la base du chantier numérique du nouveau gouvernement :

  • Le « numérique inclusif » autour de la transformation digitale des PME/TPE et de l’accès à internet des populations les plus fragiles ;
  • Le développement de l’économie numérique (droit à l’expérimentation pour les startups, mesures fiscales pour faciliter l’investissement…) ;
  • La numérisation des services de l’Etat ;
  • La cybersécurité.

Favoriser le développement de l’Intelligence Artificielle au sein des entreprises ou encore permettre à toutes les PME de se digitaliser sont des chantiers bien vastes. Les idées sont bonnes et favoriseraient l’économie et le développement numérique de la France. Cependant, il nous est impossible de dire aujourd’hui si les mesures proposées par ce nouveau gouvernement seront réalisables ou non étant donné que les moyens qui seront utilisés n’ont pas été précisés de manière explicite.

Il est évident que la France possède un certain retard par rapport aux autres administrations étrangères digitalisées tel que l’Estonie par exemple qui s’impose comme étant le pays le plus numérique d’Europe selon le Think Tank Renaissance Numérique. Cependant les mesures évoquées par le nouveau gouvernement semblent ouvrir le chemin à la digitalisation de l’administration française, et si ces dernières aboutissent, elles promettent un véritable changement national pour les entreprises et les particuliers.